Comment calculer l’angle de correction dans le genu varum ?

1
5462

genu varum

En règle générale, les genu varum sont d’origine tibiale et seront traités par ostéotomie tibiale de valgisation (exception faite des genu varum sur cal vicieux supracondylien). Nous séparerons les gonarthroses avec un varum fémorotibial de plus de 5°, où nous décidons de la correction selon les données morphologiques fémorotibiales classiques, et les gonarthroses avec un varum de moins de 5°, où intervient l’écart varisant global.

Gonarthrose interne avec varum de plus de 5°

Nous avons déjà justifié l’intérêt d’une hypercorrection de 3 à 6° par rapport à l’axe mécanique de référence. Il importe de différencier cette hypercorrection (qui pour nous signifie passage, après l’ostéotomie, de la ligne de charge, non plus au centre du genou, mais légèrement dans le compartiment sain) d’un « excès de correction » (plus de 6° de valgus) où un risque arthrogène ultérieur n’est pas exclu.

L’hypercorrection de 3 à 6° vise à soulager le compartiment médial arthrosique et à compenser l’affaiblissement du hauban latéral. Elle est d’autant plus importante que le compartiment latéral est sain, que le sujet est pesant, que le compartiment médial est plus détruit (mais sans laxité de la concavité). L’hypercorrection doit rester faible si le compartiment latéral est imparfait (séquelle d’arthrite, chondrocalcinose, méniscectomie latérale) ou s’il existe une laxité médiale notable.

Il est essentiel de ne corriger que le genu varum osseux et non pas le bâillement articulaire. Considérons l’exemple (fig 1) d’une déviation angulaire globale de 10° : elle correspond à un varum tibial de 6°, fémoral de 2° et à un bâillement articulaire de 2°. Le compartiment latéral est intact. La déviation osseuse proprement dite est donc de 8°, soit 10° de déviation globale moins 2° de bâillement articulaire, ou encore 6° de varum tibial plus 2° de varum fémoral. L’hypercorrection souhaitée étant de 5°, la valgisation tibiale à réaliser sera de 8° (déviation osseuse), plus 5° (hypercorrection), soit 13°.

genu varum

Gonarthrose médiale avec varum des axes mécaniques inférieur à 5°

Il s’agit, le plus souvent, soit d’une gonarthrose survenant sur un facteur favorisant (méniscectomie médiale, laxité post-traumatique du genou, etc), soit d’une « gonarthrose varisante essentielle ». Cette dernière est la conséquence d’un écart varisant extrinsèque anormal avec décompensation arthrosique par affaiblissement progressif du hauban latéral trop sollicité ; une déviation angulaire en varus peut, secondairement, survenir par destruction du compartiment médial.

La correction angulaire vise à obtenir un moment varisant interne global d’environ 200 kg/cm, auquel paraît pouvoir résister un hauban latéral, même affaibli. On opte donc, habituellement, pour une hypercorrection de 4 à 5° des axes mécaniques fémoral et tibial.

Frantz Langlais, Hervé Thomazeau. Ostéotomies du tibia proximal. EMC – Techniques chirurgicales – Orthopédie-Traumatologie 1999:1-17.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE