Lésion de Steiner chronique du pouce chez le travailleur manuel de force. Quel traitement ?

0
3239

Le ligament latéral interne peut être lésé par un mécanisme indirect appelé valgus ou hyper abduction. Ce ligament qui va s’arracher de l’os, se trouve expulsé derrière une nappe fibreuse (la « dossière ») et n’est plus en contact de sa zone d’insertion. C’est la lésion décrite par le suédois Bertil Steiner (Figure 1). La cicatrisation est donc impossible spontanément, et la chirurgie est indispensable.

Figure 1En cas de lésion chronique, c’est à dire sans possibilité de réparation du ligament après une lésion passée inaperçue, en l’absence d’arthrose métacarpo-phalangienne, le traitement de stabilisation de l’articulation consiste en une ligamentoplastie à l’aide d’un tendon accessoire comme le palmaris longus.

L’objectif de notre étude était de vérifier l’efficacité de la technique décrite par Littler dans les lésions chroniques du LLI du pouce (effet Steiner) chez les travailleurs manuels de force.

M. Yakoubi, N. Meziani, S. Zouggar, N. Adjali, N. Attou, R. Benbakouche.
Service de chirurgie orthopédique et traumatologique. CHU de Bab El oued.

Matériels et méthode

Le diagnostic de cette lésion ne peut être établi qu’après examen comparatif de la laxité des deux articulations MCP; une instabilité latérale franche au testing signe une rupture ligamentaire et impose une réparation chirurgicale du ligament. Bien entendu le testing clinique sera précédé d’un examen radiographique (en stress) car le ligament peut avoir été arraché avec un fragment osseux ce qui modifie la prise en charge (Figure 2). L’échographie peut être utile.

Figure 2La plus répandue des techniques de ligamentoplastie est celle décrite par Littler que nous avons utilisée chez 13 patients, tous travailleurs manuels de force présentant une lésion de Steiner chronique dont le mécanisme le plus souvent rencontré est la chute avec réception sur la colonne du pouce. Cette technique consiste à inciser la dossière, réséquer les moignons ligamentaires, explorer l’articulation et en absence d’arthrose, deux tunnels sont confectionnés, un antéro-postérieur phalangien, l’autre dans le col du métacarpien ce qui permet de faire passer un greffon fait de palmaris longus (Figure 3). Une arthrodèse provisoire à l’aide d’une broche reste nécessaire pour une durée moyenne de 6 semaines.

Figure 3

Résultats et discussion

Les résultats de notre étude après un recul moyen de 39 mois (9 – 61) ont été appréciés selon certains critères à savoir : I’ existence de douleurs de l’articulation MP, sa mobilité et sa stabilité clinique et radiologique. On note l’existence de douleurs mécaniques pas très gênantes d’allure occasionnelles chez 3 patients. La mobilité de la MP est normale chez 10 patients, le déficit de l’extension de la MP est en moyenne de 12° et celui de la flexion est de 22°. La stabilité de la MP est présente chez 11 malades (Figure 4).

Fugure 4La stabilité latérale de l’articulation métacarpo-phalangienne (MCP) du pouce est particulièrement importante pour les prises pouce-index, cette stabilité est conditionnée par l’intégrité de deux ligaments : le ligament latéral interne (LLI) le plus souvent traumatisé (dans 9 cas sur 10) et le ligament latéral externe. Ces lésions imposent une réparation chirurgicale du ligament car le LLI n’a pas la possibilité de se rattacher seul sur la base de la phalange une fois arraché par perte de contact des deux extrémités, ce qui définit l’effet Steiner.

La difficulté principale est de faire le diagnostic de la rupture. Ce traumatisme et ses conséquences sont trop souvent négligés, aboutissant ainsi à un retard de diagnostic. Ces lésions évoluent vers l’instabilité de la MP et inéluctablement vers l’arthrose de la compromettant l’avenir fonctionnel de la main. Lorsque la rupture du ligament latéral interne du pouce est chronique et que le délai dépasse 6 semaines, le ligament interne n’est plus réparable. Le but de l’intervention est de faire disparaître les douleurs, de stabiliser le pouce et d’obtenir une récupération de la force de serrage surtout pour les travailleurs manuels de force. Tenant compte des résultats satisfaisants obtenus avec la ligamentoplastie de Littler, cette dernière reste la meilleure indication et répond ainsi le mieux aux objectifs du traitement chez cette catégorie de patients, sauf que le travail ne pourra être repris qu’au 6e mois post-opératoire.

Conclusion

Il faut insister sur l’importance du diagnostic précoce, qui doit éviter la méconnaissance de cette lésion grave. La technique de ligamentoplastie décrite par Littler semble être une technique fiable et efficace avec des résultats stables dans le temps, que nous préconisons dans les lésions de Steiner chroniques particulièrement chez le travailleur manuel.

Références

Bertil Stener, Displacement of the ruptured ulnar collateral ligament of the metacarpo-phalangeal joint of the thumb, British Journal of Bone and Joint Surgery, vol 44 B, no. 4 Novembre 1962.
McKeon KE et al. Ulnar collateral ligament injuries of the thumb: phalangeal translation during valgus stress in human cadavera. JBJS 2013; 95: 881-7.
Campbell CS. Gamekeeper’s thumb. JBJS Br 1955; 37: 148-49.
Stener B. Displacement of the ruptured ulnar collateral ligament of the metacrapophalangeal joint of the thumb: a clinical and anatomical study. JBJS Br 1962; 44: 869-79.

LAISSER UN COMMENTAIRE