Ostéome ostéoïde

Ostéome ostéoïde

L’ostéome ostéoïde est tumeur osseuse bénigne, elle se caractérise par une prédominance masculine et par sa survenue essentiellement chez le grand enfant, l’adolescent et l’adulte jeune.

Aspect et sièges de l’ostéome ostéoïde

Cette tumeur de petite dimension (< 1 cm) se caractérise par une structure spécifique : le nidus, constitué d’un tissu ostéoïde et entouré par une ostéocondensation réactionnelle.

Il siège dans plus de 80 % des cas aux os longs et dans plus de 50 % des cas aux membres inférieurs (fémurs ou tibias).

Symptômes

La douleur de l’ostéome ostéoïde est quotidienne, à recrudescence nocturne et insomniante, très précisément localisée et classiquement calmée par la prise d’aspirine.

Diagnostique

On peut schématiquement proposer trois avenues diagnostiques :

– Tableau clinique typique (adolescent ou adulte jeune, douleur nocturne importante, sensible à l’aspirine) et l’aspect radiographique (nidus évident sur le cliché standard) sont typiques : la scintigraphie confirme un spot d’hyperfixation localisée et l’examen tomodensitométrique superflu pour le diagnostic permet de proposer un bilan balistique avant un traitement percutané ;

– La clinique fait évoquer un ostéome ostéoïde mais la radiologie conventionnelle n’est pas contributive : le scanner s’impose, orienté ou non par une scintigraphie osseuse préalable afin d’identifier le nidus et le localiser ;

– ni la clinique peu typique, ni l’imagerie conventionnelle ou le scanner (défaut de technique probable) n’ont apporté la preuve diagnostique : l’examen scintigraphique ou une IRM centrée sur la zone douloureuse permettent dans ce cas de cibler la lésion qui sera affirmée par un nouvel examen tomodensitométrique.

Traitement

La résection ou la destruction du nidus est nécessaire et suffisante pour obtenir la guérison dans le cadre d’un ostéome ostéoïde.

Bien qu’il puisse involuer spontanément après des années, son exérèse est rendue nécessaire plus par l’obtention rapide d’une sédation des douleurs que par la nécessité d’obtenir une confirmation histologique.

À l’heure actuelle, les techniques de traitement percutané doivent être proposées en première intention ; la chirurgie en bloc ou par résection ciblée guidée par le scanner n’intervient qu’en cas d’échec (répété) des techniques mini-invasives.

Le traitement par radiofréquence est une technique de destruction des tumeurs par effet thermique qui se réalise habituellement sous anesthésie locorégionale.

Son application engendre une agitation ionique par la friction des molécules et aboutit à un échauffement tissulaire au-delà de 60 °C qui permet une dénaturation cellulaire irréversible. Les températures supérieures à 100 °C provoquent la carbonisation et la vaporisation tissulaire qui dégradent la conduction électrique et thermique par leur effet isolant.

Khaled Benokba

Khaled Benokba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *