Infiltrations articulaires de plasma riche en plaquettes

Infiltrations articulaires de plasma riche en plaquettes

L’utilisation des infiltrations de plasma riche en plaquettes (PRP) s’est développée ces dernières années en médecine de l’appareil locomoteur avec une diffusion semble-t-il large dans les cabinets de rhumatologie, de médecine du sport et de radiologie, bien que leur administration ne repose sur aucune recommandation.

Qu’est ce que c’est le Plasma riche en plaquettes ?

Les PRP (Plasma riche en plaquettes) sont des produits sanguins labiles autologues qui ne peuvent être utilisés qu’à des fins médicales ou thérapeutiques et sont réservés à un usage local et sous forme de gel ou liquide. Pour des raisons évidentes, seules les formes liquides peuvent être utilisées en infiltrations intra- ou péri-articulaires.

Ils sont obtenus par le prélèvement du surnageant issu d’un prélèvement veineux de 15 à 50 mL de sang total après centrifugation. Le surnageant est enrichi en plaquettes (concentrations d’un facteur variant de 3 à 10 environ) qui libèrent de nombreux facteurs de croissance impliqués dans les processus de cicatrisation ou de lutte contre les phénomènes inflammatoires locaux.

Ces propriétés biologiques mises en évidence in vivo ou in vitro sur les fibroblastes et les chondrocytes notamment, leur confèrent un intérêt thérapeutique potentiel qui s’est traduit par une augmentation de leur utilisation depuis une dizaine d’années notamment dans la gonarthrose et les pathologies tendineuses.

Plusieurs kits de prélèvements sont actuellement commercialisés permettant d’obtenir un PRP injectable en une dizaine de minutes. En contrepartie, la multiplicité des moyens d’obtention des PRP entraîne une hétérogénéité et un manque de reproductibilité (concentration plaquettaire, présence ou non de leucocytes, présence ou non de facteurs d’activation plaquettaire exogène) ainsi que la difficulté pour les classifier conduisant à l’absence de standardisation actuelle de leur utilisation.

Par ailleurs, comme pour les AH, il n’existe pas de nomenclature pour l’administration de PRP. Cet acte n’est pas remboursé par l’assurance maladie donnant parfois un reste à charge important pour les patients (compte tenu du montant des facturations) et limite donc son accessibilité.

Référence : Michel Guinot Elodie Gailledrat Philippe Gaudin

Khaled Benokba

Khaled Benokba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *